System-Linux

Aller au contenu | Aller au menu | Aller à la recherche

Pensons à nos mains avec dvorak

Ce petit article a pour objectif de présenter rapidement le clavier dvorak et son utilité pour nos mimines.

Il y a quelque temps, on m'a demandé de ré-écrire un rapport de plusieurs dizaines de pages en quelques jours. Sachant pianoter assez vite, je me suis dit que ce ne serait pas trop difficile et je me suis attelé à la tâche.


Et bien après 150 000 mots en 6 jours, je peux vous confirmer que les mains, elles, ne sont pas d'accord et qu'elles vous le font savoir. Pourquoi donc ? Vous croyez vos chers claviers super ergonomique ? En fait, ils ne le sont pas du tout. Pour comprendre, il faut remonter dans notre histoire et surtout dans l'histoire des machines à écrire. Vous ne vous êtes jamais demandé pourquoi les claviers commencent par Azerty ? Querty ? et pourquoi pas en ordre alphabétique ? Je suis certain que si, vous êtes des geeks après tout ;)


Admettons pour l'intérêt de l'article que certains n'aient pas cherché.

Il y a 1 siècle et demi, la mécanique était performante mais n'arrivait pas à résoudre un problème. Les premières dispositions des touches si on n'y prenait pas garde risquaient de s'emmêler et de se casser. A l'époque les claviers étaient des sortes de tiges sur lesquels on tapait et qui imprimait les lettres correspondantes sur le papier. Les dactylos de l'époque étaient très performantes et malheureusement si performantes que les machines à écrire n'arrivaient pas à suivre et les tiges s'emmêlaient souvent quand elle tapait trop rapidement. Un inventeur, Christopher Latham Sholes, développa une disposition permettant de réduire ces pannes mécaniques tout simplement en éloignant les touches les plus fréquemment utilisée dans la langue anglaise. Le procédé ralentissait la fréquence des dactylos et donc aussi le nombre de pannes. Le clavier Qwerty était né. Plus tard le clavier Azerty, plus proche de la langue française apparut. Idem pour le Qwertz allemand...


Le problème des percuteurs étaient résolus. Cependant on en avait crée d'autres, les claviers sont mécaniques, les mains aussi. Une mécanique moins fragile mais moins facilement réparable et au bout de quelques dizaines d'années des troubles musculaires sont apparus, les cartilages s'abîmaient, etc ... Un autre inventeur, August Dvorak, s'est penché sur le problème et a imaginé un clavier dont la disposition serait plus ergonomique en fonction de la langue parlé parce que rapprochant les lettres les plus utilisées de cette langue. Cette disposition s'appelle le dvorak et depuis quelques années on peut la remarquer dans la phase d'installation de la plupart des distributions linux.


Pour une fois, je n'ai pas un article très très technique à proposer, vu la simplicité d'installation du clavier dvorak. Il suffit en effet de taper la commande ci-après dans une console pour passer en dvorak puisque la plupart des distributions l'incluent depuis un moment.

setxkbmap fr dvorak

Plus d'informations sur le dvorak sur le site internet algo.be


En tapant cette commande vous avez eu accès au clavier dvorak de base. Personnellement, j'ai opté pour une disposition légèrement différente : le Bépo. Il est plus récent que le Dvorak mais semble mieux adapté encore au français. Vous l'activer tapez ceci :

setxkbmap fr bepo

Plus d'informations sur le bépo sur le site internet bepo.fr


Pour revenir sur le clavier normal il vous suffit de taper ceci :

setxkbmap fr

Vous voilà en azerty :)


Pour l'instant mon clavier bépo me chatouille et je n'ai pas réussi à écrire cet article avec. Apparemment il existe des techniques et des sites pour réapprendre à taper sur ce nouveau clavier, je vais essayer et voir si j'arrive à revenir sur des années d'apprentissage d'écriture en aveugle :p

Je me suis amusé à ré-étiquetter un vieux clavier tout moche et voilà ce que ça donne :

Avant :


Après :


Et vous ?




Article sous CC-by excepté les logos et les images.

Par Kevin Hinault | le lundi, juin 15 2009 08:00